Voici encore une anxiété ; et celle-ci bien maquillée sous le désir de servir parfaitement le Seigneur. Quelle  tension ! Quel épuisement ! Que d’énergie perdue !

La culpabilité peut devenir un réel problème psychologique chronique, ex : se reprocher d’être ici plutôt que là, de faire ci plutôt que çà ; se questionner (surtout les jeunes femmes) : suis-je assez bonne mère, bonne épouse, bonne cuisinière ; Ou bien douter que telle ou telle chose était bien selon la volonté de Dieu ; s’était-on trompés ou avait-on agis sous quelque fausse impulsion ? Tout cela mène en finalité à la névrose. – A ces dames, comme à Marthe, Jésus dirait : « Vous vous inquiétez et vous vous agitez pour beaucoup de choses alorsque ce qui est vraiment nécessaire est de rester en communion avec Moi et me soumettre vos soucis de chaque instant. Cela vous serait tellement plus bénéfique ». (Luc 10 v41-42)

  • *De plus, c’est là, l’occasion idéale pour « l’Ennemi » de nous maintenir arbitrairement dans une tension perpétuelle et paralyser ainsi notre mission chrétienne, qui doit être libre et joyeuse.

C’est là l’Esprit du Mal qui séduit et trompe le monde entier (Apoc 12 v9) puis, face à la perfection de Dieu, nous accuse jour et nuit dans notre conscience troublée (v10). Cependant sachons qu’il estvaincu d’avance par le sang de Jésus christqui nous a purifiés (v11) et par le témoignage de notre appartenance à Celui qui est « le chemin, la vérité et la Vie ».« C’est pour la Liberté que Christ vous a affranchis. Ne vous placez plus sous la contrainte d’un quelconque esclavage. » (Galates 5 v1)

Tout en appartenant au Dieu de Jésus-Christ, nous faisons tous des erreurs, commettons des fautes, que nous regrettons sans pouvoir revenir en arrière. Ex. : Le roi David commit une faute extrêmement grave (adultère et meurtre). Il fut puni car l’enfant né de l’adultère mourut, cependant le deuxième enfant né de la même femme fut le grand roi Salomon. - Le Seigneur est donc imprévisible et peut se servir de nos erreurs et de nos fautes pour la gloire de son nom et pour une issue finale qui nous soit bénéfique. « Et si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur » (1Jean 3 v20) - Reconnaissons, comme l’apôtre Paul (Rom 3 v10), que nul n’est parfait devant Dieu. Soyons humbles, soyons réalistes : Nous sommes tentés, trompés, entraînés par le courant dans ce monde mauvais ; comme Paul, «nous ne faisons pas toujours le Bien que nous voudrions et nous faisons souvent le Mal que nous ne voudrions pas » (Rom 7 v19)

Avertissement de l’apôtre Paul : Ferions-nous le mal pour qu’il nous en arrive du bien ? Sûrement pas ; au contraire dans son désarroi, Paul crie à Dieu : « Misérable que je suis quime délivrera de l’esclavage à ce corps qui m’entraîne au mal ? » - La réponse ne se fais pas attendre : « Gloire à Dieu, c’est par Jésus-Christ, notre Seigneur » (Rom 7 v24-25)

 « Maintenant il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ (Rom 8 v1)